Historique de l'université

Création :

L’Université Général Lansana CONTE est l’une des créations récentes du réseau d’Universités mis en place par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de Recherche Scientifique. Elle a été créée par Arrêté N°2005/104/ MESRS/CAB/DRH en date du 26/01/05 sous l’appellation ‘’Université des Sciences Humaines, Juridiques et Economiques de Sonfonia-Conakry ‘’. Elle a été ensuite baptisée du nom prestigieux du Président de la République, Général Lansana CONTE, le 14 janvier 2006. Elle est issue de la délocalisation d’une partie de l’Université Gamal Abdel Nasser portant sur les Facultés de :

  • Lettres et Sciences Humaines ;
  • Droit, Sciences Economiques et Gestion.

Historique :

La décision de création de l’UGLC SC fut la conséquence d’une situation de déséquilibre entre les possibilités d’accueil de l’Université de Conakry et le nombre d’étudiants de plus en plus croissant. Construite au départ, pour 1500 places, l’effectif de l’UGANC avoisinait les 16.000 étudiants au moment de la mise en place de l’Université Général Lansana CONTE de Sonfonia-Conakry. C’est ce qui justifie la mesure consistant à décongestionner cette institution en procédant au déménagement des Facultés des Lettres et Sciences Humaines, Droit et Sciences Economiques à Sonfonia comme base structurelle de la nouvelle Université. Trois Facultés et une Ecole devraient constituer la structure académique de départ de cette Institution.

  • La Faculté des Lettres et Sciences Humaines
  • La Faculté des Sciences Economiques et de Gestion
  • La Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
  • L’Ecole Supérieure du Tourisme et de l’Hôtellerie.

A la rentrée universitaire 2008-2009, eu égard à l’accroissement rapide des effectifs dans les différentes structures et à la faiblesse des capacités d’accueil, l’Ecole Supérieure du Tourisme et de l’Hôtellerie a été détachée par Arrêté N°2008/4708/MESRS/CAB/08 du 18 octobre 2008 pour être érigée en un établissement public autonome.

De même, il convient de noter que pour les mêmes raisons (croissance rapide des effectifs d’étudiants et surtout le poids que représentait la gestion administrative), sur proposition du Conseil d’Université, la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines a été scindée en deux Facultés par Arrêté N°2008/4697/MESRS/CAB/08 du 18 octobre 2008.

Ainsi, suite à l’introduction du système Licence, Master et Doctorat (LMD), la structure académique de l’UGLC SC fut articulée autour des formations ci-après :

    - Au Premier Cycle (Licence)

  • Faculté des Sciences Economiques et de Gestion avec quatre départements : sciences économiques ; sciences comptables; administration des affaires et banque et finance ;
  • Faculté des Sciences Juridiques et Politiques avec trois départements : droit public, droit privé et sciences politiques ;
  • Faculté des Lettres et Sciences du avec quatre départements : lettres modernes, sciences du langage, langue anglaise et langue et civilisation arabe ;
  • Faculté des Sciences Sociales avec quatre départements : histoire, géographie, philosophie et sociologie.

Chaque département développe un programme de formation en licence.

- Au second et troisième cycle

Nous avons totalisé en juin 2016 16 programmes de master entièrement fonctionnels. Chaque master est placé sous la tutelle d’une faculté.

L’avènement au cours de l’année universitaire 2012-2013, d’une école doctorale en Sciences Humaines et Sociales, est venu mettre un terme au déficit de ce programme dans les universités guinéennes.

Il convient de noter que les formations de 2è et 3ème cycles ont été destinées essentiellement, dans un premier temps, à la formation avancée des enseignants du supérieur. A présent, elles s’étendent aux formations professionnalisantes.

II- Les Missions :

L’Université Général Lansana CONTE Sonfonia-Conakry assume les missions traditionnelles de formation, de recherche et de contribution au milieu, à l’instar des autres universités du pays.

2.1 La formation universitaire

Formation initiale

Dès l’ouverture d’octobre 2005, nous sommes partis du principe de faire de l’étudiant, l’artisan de sa propre formation. Ce principe a suscité une très grande implication de l’étudiant dans la mise en œuvre des enseignements par la réduction du temps de rencontre avec le professeur.

Les programmes des cours ont été allégés par la suppression des redondances inutiles et les temps de formation ont été réduits à 45 heures par cours. Par le système de modulation, aucun Département ne doit excéder les 5 cours par semestre. Cette organisation des enseignements a suscité un intérêt énorme pour les raisons suivantes :

  • La semestrialisation de la formation est la base incontournable du système LMD que nous avons adopté ;
  • L’engagement des étudiants dans un nouveau modèle qui les rend responsables de leur formation ;
  • L’utilisation judicieuse des espaces de cours existants pour gérer un effectif d’étudiants évalué en 2016 à plus de 18.000 non compris les étudiants inscrits en formation payante et ceux des études avancées (master et doctorat).

En recevant en moyenne 9.000 étudiants par jour, chaque étudiant se rend à l’Université trois ou quatre fois par semaine. L’une des conséquences positives constatée dans ce modèle est l’allègement des frais de transport constamment posé aux étudiants qui ne sont plus obligés de revenir chaque jour.

Formation initiale Continue :

A ce niveau, on note un certain engouement des cadres pour leur perfectionnement, surtout dans les Facultés de Sciences Sociales, Sciences Economiques et de Gestion et Sciences Juridiques et Politiques.

2.2- La Recherche Universitaire :

Sur ce plan, un centre de recherche transversal a été mis en place au niveau de chaque Faculté. Chaque centre est dirigé par une équipe d’enseignants chercheurs élus par l’ensemble des cadres évoluant au niveau du centre. Chaque centre est doté d’une revue scientifique qui assure la publication des résultats scientifiques, au moins une fois par trimestre. Ce qui nous a permis de réactiver les revues Horizon (lettres et sciences du langage), Horizon plus (Faculté des Sciences Sociales), Myria (économie) et la revue des Sciences Juridiques et Politiques.

Une subvention de fonctionnement est allouée à chaque centre et un fonds minimum de recherche de trente deux millions de FG est mise à la disposition du Vice Recteur Chargé de la Recherche par trimestre pour assurer le financement de quatre revues à raison de huit millions par revue destinés à la publication des résultats de recherche. Les enseignants chercheurs sont affectés dans les centres de recherche selon leur choix.

Depuis 2015, l’Université a enregistré la création de deux laboratoires de recherche (LASAG : laboratoire d’analyse socio-anthropologique de Guinée et LARSODED :

Enfin, outre la recherche, des conférences et des activités sportives et culturelles sont organisées chaque année par les commissions culturelles pour assurer, non seulement, une vulgarisation des acquis scientifiques, mais aussi, une animation du campus universitaire et le développement physique et psychique des étudiants.

2.3- Contribution au développement du pays en général et de la zone d’implantation en particulier.

Il convient de noter que l’implantation de l’Université dans la zone de Sonfonia a eu un impact important sur les quartiers environnants :

  • - Sur le plan économique, elle a permis l’accroissement des revenus de la population suite à la location des habitations par les étudiants et les cadres de l’Université, la naissance et la pratique du petit commerce (prestations de divers services, surtout la restauration) ;
  • - Sur le plan culturel, la pratique en commune des activités culturelles et sportives par les étudiants et les jeunes issus de ces quartiers a donné un regain de dynamisme aux manifestations dans les quartiers. Mais bien, les jeunes des quartiers ont un libre accès aux installations sportives de l’Université ;
  • - Sur le plan de l’emploi, beaucoup de jeunes de ces quartiers ont trouvé des emplois de contractuels temporaires à l’Université.

2.4- Le développement des échanges et de la coopération inter universitaire ;

Il faut noter que, l’Université Général Lansana CONTE SC est la dernière création des universités qui évolue encore sur les anciennes traces de l’institution mère (l’UGANC). Toutefois, des contacts ont été pris tant sur le plan national qu’international pour assurer un développement de la coopération interuniversitaire. L’un des gains importants est l’adhésion de l’UGLC SC à l’association des Universités francophones (AUF) depuis l’année universitaire 2006 – 2007 comme membre titulaire.

A ce jour, des accords de coopération sont signés avec certaines Universités étrangères. Ce sont :

  • L’Accord de coopération entre Educology research associated/USA et l’UGLC SC (20-01-06) ;
  • L’Accord de coopération interuniversitaire entre l’Université de Toulouse. Le mirail et l’UGLC (01-08-06) ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC et l’Université Robert Schuman de Strasbourg (12 juillet 2006) ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC et l’Université de Francfort sur-main (2005)
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et l’UCAD de Dakar (8 juin 2013) ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et l’Université Hassan II Mohammedia- Casablanca (Maroc) 28 Mars 2014 ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et l’Université Stendhal de Grenoble (22 juillet 2013) ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne (14 Octobre 2009) ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et l’Institut de relations internationales de l’Université de Sao Paulo (Brésil) 22 juin 2013 ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et Franche Comté 14 octobre 2009 ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et l’Université Barack Obama en 2015
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et l’Université Nongo Conakry, 29 Janvier 2013 ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et l’UNICEF (6 decembre 2014) ;
  • L’Accord de coopération entre l’UGLC SC et IMAT Collège (09 octobre 2015)

Aussi, faut-il noter que dans le cadre de la coopération avec le Rayaume d’Arabie Saoudite un bâtiment R+3 est en construction dans le campus universitaire de Sonfonia depuis 2008 et sur financement de ce pays pour abriter la Faculté de Langue et Civilisation Arabes.