Faculté des Sciences Economiques et de Gestion

I. Une histoire riche de changements

La création et le développement de la FSEG s’inscrivent dans une histoire dont la lecture attentive des documents, et la série des entretiens qui ont pu être menés, permet de saisir les points forts. En proposant cet historique, et en assumant le risque de déformer un certain nombre d’étapes, c’est parce qu’il semble permettre de repérer des évolutions, ainsi que l’apparition d’un certain nombre de changements dont la mise en évidence semble nécessaire ;

Le point de départ semble être la création de l’Institut Polytechnique de Conakry (IPC) en 1964 qui deviendra un peu plus tard l’Institut Polytechnique Gamal Abdel Nasser(IPGAN). La création au sein de cette Institution d’une Ecole Supérieure d’Administration (ESA), manifeste clairement, que le besoin de formation d’administrateurs civils et de magistrats s’est d’abord posé en termes de relation entre l’Institution Universitaire et le monde du travail (notamment l’Etat guinéen unique employeur de ses produits). En 1976, l’ESA prit le nom de faculté de Sciences Administratives et Juridiques (FSAJ)

Jusqu’en 1984 la mission de cette Faculté est essentiellement de fournir à l’administration publique guinéenne des Hauts Cadres diplômés en Economie - finance, plan - statistique, comptabilité-gestion, magistrature, nécessaires au fonctionnement des services et entreprises publics.

A la suite des changements politiques intervenus avec la prise du pouvoir par le Comité Militaire de Redressement National consécutive au décès du Président Ahmed Sékou TOURE, des journées de réflexion sur l’Enseignement Supérieur en Guinée organisées en 1987 ont abouti à des recommandations importantes dont entre autres :

  • La transformation des Instituts polytechniques de Conakry et de Kankan en Universités ;
  • La suppression des facultés de 1er Degré ;
  • La fermeture temporaire de la Faculté de Sciences Administratives et Juridiques Supérieure d’Administration;

Il faudrait attendre 1988 pour voir s’ouvrir sous le nom de faculté de Droit et Sciences Economiques, l’ancienne Ecole Supérieure d’Administration. Cette faculté a pour mission à l’instar des autres facultés de l’Université, de former l’élite de la nation (dans les domaines du Droit public, Droit privé, de l’économie, des finances, et de la gestion).

En 2004 suite à la création de l’Université de Sonfonia – Conakry (baptisée plus tard Université Général Lansana Conté de Sonfonia), la Faculté de Droit, Sciences Economiques et de Gestion sera scindée en deux facultés distinctes qui sont la Faculté de Sciences Economiques et de Gestion, et la Faculté de Sciences Juridiques et politiques.

Depuis octobre 2005 la Faculté de Sciences Economiques exerce ses activités dans le campus de Sonfonia ; elle a adopté comme les autres facultés de l’Université le système LMD (1987), et développe actuellement quatre(4) programmes de Licence, et quatre (4) programmes de Master.

Cette faculté bénéficie de la part du rectorat de l’UGLC-SC d’un appui important, qui lui a permis non seulement de s’épanouir à l’intérieur, mais aussi et surtout d’avoir des liens forts avec son environnement économique, financier, (Ministères de l’économie et des finances, Ministère du plan délégué au budget, de la BCRG, des Banques commerciales) , et international (Représentations Banque Mondiale, Fonds monétaire International, Programme des Nations Unies pour le Développement.

II. Gouvernance

Le management de la faculté depuis plusieurs années est fondé sur le style participatif. Le Décanat cherche à impliquer le maximum d’enseignants et d’étudiants dans la gestion des affaires de la faculté. L’objectif stratégique que s’est fixé la faculté est « l’assurance qualité » dans l’enseignement et dans la recherche scientifique. Pour cela il a fallut développer des relations de coopération et de partenariat tous azimuts avec des Institutions nationales mais aussi avec d’autres Universités et grandes écoles de la sous – région.

C’est dans le cadre de la diversification de ses relations que la FSEG a développé des relations de partenariat et de coopération avec des Universités de la Sous région (FSEG de l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar UCAD, par exemple), de l’Amérique du Nord (notamment avec l’Ecole des Sciences de la Gestion ESG de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et l’Ecole de Management de Reims en France.

La FSEG de l’UGLC – SC a bénéficié dans ce même cadre, de l’appui financier, et de l’assistance technique du Programme des Nations Unies (PNUD) en Guinée, (2011) pour mettre en œuvre le Projet « Think Tank Guinée Développement humain », pour favoriser l’implication de l’intelligentsia guinéenne dans la réflexion, la recherche et les débats sur les questions relatives au développement humain et durable de la Guinée.

Elle a aussi bénéficié de l’appui financier de la Banque Mondiale, pour la mise en place d’infrastructures techniques permettant aux Etudiants et aux Enseignants d’accéder plus facilement aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Elle entretient des relations de partenariat avec les services et entreprises publiques et privés de la place pour favoriser l’accès des Etudiants à des programmes de stage de formation et de stage – emploi.

III. Pilotage de la recherche et de l’enseignement

L’une des missions principales de l’Université, en plus de la formation et de l’insertion socio – professionnelle, est la recherche scientifique et technique ; le besoin social d’une recherche en économie et en gestion ne peut plus être considéré comme un accessoire dans un pays comme la Guinée où l’économie et la société sont en mutations rapides et parfois turbulentes.

Ce qui est unique, ou tout au moins caractéristique du rôle de l’Université dans le système éducatif, c’est que les enseignants ne sont pas exclusivement des enseignants, mais aussi des personnes engagées dans la recherche.

Ils ne se présentent pas devant les étudiants uniquement comme des transmetteurs du savoir et des connaissances, mais aussi comme des personnes engagées dans la découverte de nouvelles connaissances ou dans la vérification des hypothèses qui ont pu être avancées dans un domaine donné.

Les résultats de la production scientifique des enseignants-chercheurs sont publiés périodiquement dans la revue spécialisée Myria.

L'enseignement s'articule autour de quatre (4) programes de Licence

Et de quatre (4) programes de Masters